la fable des prophéties d’Isaac Azimov

la fable des prophéties d’Isaac Azimov

Classé dans : 6/ rétro-futurologie | 0

L’année 2015 se terminant, il devient urgent pour moi de publier un billet dont l’ébauche sommeille depuis de longs mois sur mon disque dur, alors qu’elle avait vocation à compléter un précédent billet “ visionnaires du passé: comment ont-ils fait? ”.

Le 6 septembre 2013, l’Express publiait un article sobrement intitulé “ 1964-2014: les incroyables prédictions d’Isaac Asimov ” et tout aussi sobrement sous-titré:… “ son pronostic est tellement proche de la réalité que cela en est presque effrayant ”. Article relayé par le Monde sous le titre à peine moins racoleur “ En 1964, Isaac Asimov décrivait 2014 ”.

Le lecteur constatera sur cette traduction du texte d’Azimov publié par Framablog (qu’il en soit ici remercié), que ces assertions appellent quelques nuances, le pertinent y côtoyant l’anecdotique et beaucoup de saugrenu.

Mais là n’est pas l’essentiel.

Ce texte est un compte rendu de visite de l’exposition internationale de New York en 1964 et plus particulièrement des pavillons des leaders technologiques de l’époque, notamment IBM, General Electric et Géneral Motors. De fait, la quasi-totalité de ces prophéties supposées d’Azimov est directement induite par les nouveaux possibles mis en démonstration sur le salon et extrapolés, de façon souvent assez naive, par les sociétés en cause ou par Azimov lui-même. À l’exception d’une (nous allons y revenir), ces prophéties d’Azimov ne sont donc pas, à proprement parlé, les siennes (il cite d’ailleurs ses sources à plusieurs reprises ).

Une remontée vers des sources documentaires moins exubérantes que l’Express semble donc nécessaire.

On trouvera ainsi sur ce site (en anglais)  , une assez large présentation des procédés présentés lors de cette foire. On peut voir qu’on peut en associer une à la plupart des “ prophéties ” considérées.

À ce propos, on notera qu’Azimov a eu tort de négliger la présentation du stand Parker Pen, il y aurait trouvé une attraction qui aurait pu faire de lui, 50 ans plus tard dans l’Express et le Monde, le prophète des réseaux sociaux :

L’ordinateur de Parker Pen lors du remplissage d’un questionnaire à propos de vos passe-temps, pouvait vous jumeler avec un correspondant étranger dont le nom était stocké dans sa mémoire.


1964


The-Unisphere-Fontaine-New-YorkNous sommes aujourd’hui conditionnés à percevoir l’évolution comme un processus en accélération permanente. 50 ans en aval (horizon 2065), nous semblent hors de portée de la prévision. L’inversion de ce délai vers l’amont, sous cette idéologie, nous donne l’impression d’un retour vers les abysses d’une autre époque, ce qui est de nature à fausser complètement l’évaluation des prévisions faites à ce moment-là, notamment celles qui nous occupent ici, qu’elles qu’en soient les sources.

Par exemple, l’imaginaire de vitesse dans les transports était déjà bien alimenté

  • dans les airs, l’accord franco-britannique sur le Concorde, pour le développement du vol civil supersonique, était signé depuis déjà deux ans.
  • dans les transports terrestres, la première ligne commerciale du Shinkansen, ancêtre et toujours concurrent de notre TGV, était inaugurée en cette même année 1964 à l’occasion des Jeux olympiques de Tokyo

À ce moment-là, les “ prophéties ” d’Azimov dans le domaine spatial ne relevaient déjà plus de l’anticipation (nous y revenons également plus loin)

  • Le premier vol habité, celui de Youri Gagarin avait eu lieu en 1961. La première sortie dans l’espace, celle d’Alexei Leonov, était en voie d’être effectuée (1965). On allait marcher sur la lune à peine 5 ans plus tard
  • Alors qu’Azimov parlait, la sonde Mariner 4 se rapprochait de la planète Mars et s’apprêtait à envoyer ses premières photos
  • Quant aux satellites dédiés aux télécommunications, “ prédits ” par Azimov, ils ont été lancés peu après les premiers satellites à vocation scientifique ou militaire (1957), plus précisément en 1960, pour le satellite Echo, suivi en 1962 par Telstar puis en 1965 par Intelsat 1, dit Early Bird, le premier en orbite géostationnaire.

Entre l’espace et l’énergie (lien)

Dans le courant des années 1960, l’ingénieur Peter Glaser avait imaginé les satellites à énergie solaire.

La dimension spectaculaire de l’exposition universelle de 1964 fut gérée par Disney, fort de son expérience acquise dans le premier Disneyland fondé en 1955 et l’organisation des cérémonies associées aux Jeux olympiques de Squaw Valley en 1960. Le marché de l’illusion était en route (lien)

Mary Poppins sort en 1964, c’est le film de Disney des années 1960 qui connait le plus grand succès. De nombreuses personnes saluent cette habile combinaison de film d’animation et de prises de vue réelles parvenue à la plus grande perfection.

Et en relation avec le futur spatial (lien)

À partir du milieu des années 1950, Disney produit un grand nombre de films éducatifs sur le programme spatial américain avec la collaboration du concepteur de la fusée de la NASA Wernher von Braun : Man in Space et Man and the Moon en 1955, puis Mars and Beyond en 1957.

Par ailleurs, l’entreprise est déjà mobilisée sur le projet de ville futuriste EPCOT,  même si celle-ci finira rétrogradée comme parc à thème.

En 1964, à différents titres, Disney constituait donc une source très inspirante pour un futurologue.


Isaac Azimov et l’exposition internationale de New York


Un autre de nos conditionnements actuels nous amène à réduire la perception de notre propre époque à l’environnement Internet et par le fait à survaloriser les visionnaires qui seraient supposés l’avoir pressenti. Ainsi, nous pensons “ Internet ” lorsque Isaac Azimov déclare:

Les communications se feront par visioconférence et vous pourrez à la fois voir et entendre votre interlocuteur.

ou encore:

L’écran, en plus de vous permettre de voir les gens que vous appelez, vous permettra également d’accéder à des documents, de voir des photographies ou de lire des passages de livres.

À cette époque, Internet n’était qu’un concept en cours d’élaboration dans l’esprit de Leonard Kleinrock. L’ancêtre ARPANET , ne serait conçu que 5 ans plus tard pour une première démonstration en 1972. Ce qui nous évoque aujourd’hui Internet était alors imaginé autour de technologies de communications différentes.

Et voici ce qu’Azimov a vu dans le pavillon IBM

IBM_PeopleWall

ibm26

Dans l’exposition de 1964, le pavillon de National Cash Register donnait aux visiteurs un accès à des bases de données de type encyclopédiques (accès par date à des évènements célèbres ou par ville pour des sites de références). Un Wikipedia avant la lettre.

Quant au pavillon Bell, il présentait un ancêtre de Skype: le Picturophone grâce auquel les visiteurs pouvaient communiquer avec les stands voisins

belltelephone

En outre, RCA avait créé pour l’exposition un réseau interne de télévision en couleur, comportant 250 écrans qui permettait de diffuser des annonces diverses, photos d’enfants perdus, etc… On mentionnera qu’à New York, en 1939, cette même firme offrait déjà un système en noir et blanc où les visiteurs de l’exposition se voyaient eux-mêmes à la télévision, ce qui était déjà de nature à inspirer un principe d’intercommunication individuelle à des futurologues.

Sur le salon, toutes ces grandes firmes étaient équipées de procédés de restitution de grandes dimensions (écrans géants, voire plus ou moins hémisphériques) qui leur permettaient de suggérer dans des films, les futurs qui étaient au-delà des démonstrations.

Sur le Futurama de General Motors, l’on pouvait voir ainsi des villes remplies de véhicules guidés par ordinateurs ou des cités sous-marines (… autant de “ prophéties ” d’Isaac Azimov)


une erreur intéressante pour notre propos


Une prédiction d’Isaac Azimov mérite qu’on s’y arrête dans la mesure où elle génère du sens dans plusieurs directions

(en 2014) Pour les voyages de courte distance, des trottoirs mobiles surélevés feront leur apparition dans les centres-villes

Ce système de déplacement était, lui aussi, proposé dans le périmètre de l’exposition. Ce qui est plus intéressant c’est qu’Isaac Azimov “ prévoit ” ici ce qui s’est passé… 64 ans plus tôt. C’était à l’exposition universelle de Paris en 1900

Au sein de l’exposition, le trottoir roulant à 2 vitesses (4,2 km/h ou 8,5 km/h heures) eut un grand succès. Baptisé « Rue de l’Avenir », il était composé de plateformes mobiles de 3 kilomètres de longueur montées sur roues comme un petit train sans fin qui se mord la queue. Il roulait sur un viaduc à 7 mètres au-dessus du sol. Faisant une boucle, il passait par le quai d’Orsay, longeait l’avenue du Bourdonnais et arrivait au carrefour de l’École militaire. Ensuite, il continuait à gauche, avenue de la Motte-Piquet, revenait par l’esplanade des Invalides, puis passait le long de la Seine par la rue des Nations étrangères pour rejoindre à nouveau le quai d’Orsay

Encore faut-il mentionner qu’il ne s’agissait même pas d’une première, des sections de trottoirs mobiles ayant déjà été installées aux expositions de Chicago en 1893 et de Berlin en 1896. La bonne question qu’aurait pu se poser Azimov aurait visé à comprendre pourquoi ce système en était resté là… depuis presque un siècle. Il ne l’aurait alors sans doute pas prédit… pour 2014.

  • D’une part, on verra là un remarquable exemple des erreurs qu’il est facile de commettre quand la pensée du futur se coupe du passé (ce qui est fréquent chez les futurologues).
  • En outre, nous retrouvons là un problème récurrent, déjà vu à propos de Robida, (voir “ visionnaire du passé, comment ont-ils fait? ”) à savoir les difficultés qu’ont toujours eues les futurologues avec le futur des transports. Nous allons y revenir dans le prochain billet. Restons-en pour l’instant à cette image que nous livre Isaac Azimov, toujours pour 2014:

Les jets d’air comprimé serviront à soulever les véhicules terrestres au-dessus des routes …Les ponts auront aussi une moindre importance dès lors que les voitures seront capables de traverser l’eau à l’aide de leurs jets d’air comprimé

… Une description “ presque effrayante d’exactitude ” comme dirait l’Express.


et venons-en aux robots


Les prophéties d’Azimov concernant les robots, les seules qui soient vraiment les siennes, sont intéressantes à plus d’un titre, dans leur cohérence comme dans leur… possible incohérence.

En première analyse on ne peut qu’être saisi par l’acuité de son approche des robots domestiques (c’est de ceux-là qu’il s’agit à l’évidence). Cela est d’autant plus remarquable que les robots constituaient la base de ses propres récits de science-fiction. Beaucoup, à sa place, se seraient “ emballés ” sur ce sujet. Or, que dit-il?

En 2014 les robots ne seront ni courants ni très élaborés, mais ils existeront.

ou encore

L’une des principales attractions du pavillon IBM à l’Exposition Universelle de 2014 pourrait être une femme de ménage robotique, gauche et grosse, bougeant lentement, mais cependant capable de ramasser, ranger, nettoyer et manipuler divers appareils. Cela amusera sans aucun doute les visiteurs de disperser des débris sur le sol afin de voir cette ménagère robotique les enlever maladroitement et les classer entre « à jeter » et « mettre de côté ».

Il nous offre donc la vision d’un robot domestique “ objet de foire ” … ce qu’il est effectivement, à peu près, aujourd’hui. Cependant, ces “ objets de foire ” actuels n’en sont pas moins capables de choses nettement plus complexes et il est étonnant de le voir ainsi se tromper “ par défaut ”. Étonnant et… suspect, si on rapproche cette “ prophétie ” d’un autre extrait de son texte

L’exposition IBM n’a pas de robots aujourd’hui, mais elle est dédiée aux ordinateurs, qui sont montrés dans toute leur incroyable complexité, notamment dans la tâche de traduction du russe vers l’anglais. Si les machines sont si intelligentes aujourd’hui, qui sait ce qu’elles feront dans 50 ans ?

Il associe donc bien robots et ordinateurs et mesure bien l’extraordinaire potentiel des seconds. Comment dès lors peut-il sous-estimer le futur des premiers? Posons la question autrement: Isaac Azimov, auteur de SF reconnu comme spécialiste des robots, peut-il s’en tenir, sur ce sujet, à la vision de monsieur Tout le Monde? Il y a là une forte probabilité de “ posture médiatique ” de la part de celui qui veut assoir sa préséance sur une spécialité en faisant état de perspectives très divergentes par rapport à celles du commun des mortels. On retrouve d’ailleurs cette même “ modération ” dans ses prévisions sur la conquête spatiale, elle même objet de tous les emballements à l’époque.

Or il se trouve que ce sont là ses deux anticipations les plus justes.


des prophéties finalement utiles ?


 

C’est donc en usant d’une extrême modération dans l’extrapolation (même si c’est pour de mauvaises raisons), et ce à l’inverse de la plupart des futurologues, qu’il se trouve avoir le mieux approché notre époque.

Sans doute une règle à poser dans l’approche du futur.


 

Laissez un commentaire