Penser le futur comme si c’était un oiseau

Penser le futur comme si c’était un oiseau

Classé dans : 3/ métaphores & analogies | 0

Un concept est une représentation générale et abstraite de la réalité d’un objet, d’une situation ou d’un phénomène (w)

Que devient le concept lorsqu’il doit représenter une réalité qui se transforme?

Cette question est au centre du propos qui nous occupe. Elle est en outre intimement liée à une question jumelle: le concept évolue-t-il lui-même à ” réalité constante ” ? Acceptons pour l’instant cette notion fort discutable, et postulons que ” oui ”, le concept évolue ne serait-ce que pour celui qui ” étudie ” (un objet, une situation, un phénomène).

D’où la nécessité de s’interroger sur les modalités de transformation de nos concepts, dans le domaine de la prévision, quand on se propose 1/ d’étudier2/ une évolution

Voyons à partir d’une analogie (voir: ” pourquoi des métaphores pour penser le futur? ”)… choisie dans le règne animal et plus spécialement dans celui des oiseaux, ce qui nous permettra de nous appuyer sur un précédent billet (voir: Approcher l’inédit à partir de la théorie des prototypes).

De façon immédiate, le concept d’oiseau appelle dans notre esprit des images de ce type

ConceptOiseaux

Une palette de références de ce genre s’imposerait de la même façon pour la communication, l’enseignement, la médecine, les transports… et tout autre domaine de prévision.

L’étude des oiseaux (voir), comme toute étude (…comme tout domaine de prévision), passe par une décomposition de son sujet . Le thème de la ” communication ” ferait apparaitre le texte, le parler, les réseaux, internet, les médias…etc

OiseauxDescripteurs

Approfondir l’étude va consister en une nouvelle décomposition, celle de l’ensemble des descripteurs précédents. Voyons le bec (… le texte). Cette caractéristique va, de nouveau, appeler dans notre esprit une image de référence. L’étude de celui-ci va se décliner en diverses représentations qui seront le plus souvent associées à des fonctions ou usages particuliers

becs d'oiseaux

On le voit, à chaque niveau de décomposition correspondent

  • de nouveaux concepts
  • de nouvelles ” images de référence ” initiale
  • une possibilité de dépassement.

Chaque nouvelle référence en matière de bec (… de texte) est, en outre, en mesure de nous faire remonter vers une nouvelle ” idée d’oiseau ” (cf: nouvelle ” idée de communication ”)

ExoticBird

La vision de ce nouvel oiseau donne une apparence séduisante, mais trompeuse de ” créativité ”, comme souvent en futurologie . En effet, nous avons déplacé le centre du concept vers ce qui était auparavant périphérique (voir: Approcher l’inédit à partir de la théorie des prototypes), mais nous sommes restés à l’intérieur du concept initial d’oiseau ”, alors qu’une exploration du bec (… du texte) beaucoup plus complète nous aurait amenés à considérer des représentations comme celles ci-après, qui, dans ce cadre-là, n’ont aucune raison d’être exclues

ornithorynquepieuvre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Allons cette fois plus vite… et plus loin à partir d’un second exemple de descripteur de l’oiseau: le vol.

À partir d’une image initiale qui ressemblerait à celle-ci

 

OiseauEnVol

Une démarche plus complète nous amènera à considérer, au-delà des différents vols d’oiseaux, ceux des insectes et encore au-delà ceux que l’on trouve dans l’ensemble du règne animal passé et présent (1)… et pourquoi pas futur?

VolPlané

 

On le voit, n’importe quel représentant du règne animal (…du domaine de la communication et au-delà) peut être relié à n’importe quel autre sur la base d’un cheminement entre des descripteurs… à condition d’être capable de s’affranchir des frontières conceptuelles pré-acquises qui délimitent nos habitudes de pensée. La métamorphose des concepts fonctionne dans tous les domaines. Elle est la clé des changements de paradigmes (voir: Nouveau paradigme: quand tout devient autre chose).

Penser le futur se définit comme anticiper cette métamorphose et recréer de nouveaux ensembles sur la base de nouvelles liaisons. Nous retrouvons ainsi une conclusion à laquelle parvenait un billet précédent

Un inédit utile pour le futurologue devra avoir le potentiel pour occuper la position centrale d’une catégorie en devenir, car s’il reste périphérique il n’aura pas de poids dans les futures pratiques sociales. Ce qui signifie que les catégories intéressantes du futur n’ont, sans doute, pas encore de nom. Il y a vingt-cinq ans, personne ne connaissait les termes “web“ ou “internet“. En leur temps, ce furent des mots comme “automobile“, “cinéma“, “télévision“, “ordinateurs“, qui ont émergé de la même manière.

Reste à évoquer un oubli.

Dans l’approche du futur, l’ensemble des oiseaux pris en compte dans l’analogie devrait aussi contenir celui-ci

OiseauMaggrite

Cela est important, mais sans doute pas essentiel, car les nouveaux ensembles du futur seront plus stables et plus significatifs que de nouveaux éléments forcément plus éphémères. Pour les atteindre, il faut devenir capable … de sortir ” de l’ensemble des oiseaux ” quand on pense ” oiseau ”.

L’approche rationnelle est le moins mauvais des outils pour réaliser cette opération. C’est une insuffisance, et non pas un excès de rationalité qui empêche de s’affranchir de ces enfermements de la pensée:

  •  l’incapacité à déplacer le centre d’un concept vers sa périphérie
  •  l’incapacité à rester solidement attaché à la logique des ” transversales ” – le bec ou le vol dans cette analogie – certaines forces économiques, sociales, idéologiques, fonctionnelles… pour l’approche des futurs.

Ce sont elles qui feront que les oiseaux noirs du futur seront devenus… des oiseaux blancs…

Escher02

… ou des poissons

Escher

 

(1)Les inventions de la nature et la bionique – Yves Coineau & Biruta Kresling – Hachette – p.56


 

Laissez un commentaire