Du progrès à l’idée de progrès – du futur à l’idée de futur

Classé dans : 1/ anatomie du futur | 0

 


Dell et Intel viennent de publier une étude sur l’évolution des lieux de travail en relation avec les nouvelles technologies, au terme de laquelle il apparait que :

La grande majorité des employés envisage les technologies comme des outils incontournables qui vont révolutionner leurs façons de travailler dans les années à venir …/… la volonté semble quasi-générale de voir se développer les technologies. Cependant, les salariés sont peu nombreux à utiliser celles existantes.

5000 employés de différents types d’entreprises dans une douzaine de pays ont été interrogés.

On y trouve donc une représentation extrêmement claire des distorsions qui opèrent plus généralement entre le progrès et l’idée de progrès.

  • Le progrès technologique « pensé » décline un univers “magique“ auquel on ne peut qu’aspirer.
  • Le progrès technologique « vécu » est une “pratique quotidienne“, qui suppose, au minimum, un apprentissage et une remise en cause de ses habitudes. Il est l’univers des insuffisances et de l’imperfection (« l’incomplétude, talon d’Achille du futurologue« )… des bugs, de nouvelles formes de dépendances, de nouveaux rapports humains, de nouveaux vecteurs de stress.

Les promesses de l’idée ne seront généralement pas reconnues quand elles deviendront un fait tangible. Ceci s’avérera également vrai pour l’annonce des catastrophes (“comment la «pensée unique actuelle» va-t-elle se tromper?« ). Ce qui était pensé comme du “mieux“ ou du “pire“ ne sera vécu que comme du “différent“.

La question n’est donc pas seulement celle de l’incapacité du progrès à atteindre ses objectifs, mais celle d’un changement de nature entre “l’objet » et “l’idée de l’objet“.

Pour ce qui concerne notre propos, cette étude présente clairement la double dimension constamment à l’oeuvre en futurologie, que l’on y reconnaisse ou non l’idée de progrès

  • Le futur comme pratique
  • Le futur comme idéologie

L’offre tout autant que la demande de prédictions en appellent implicitement au second, quand seules les modalités complexes de mise en place du premier présentent un réel intérêt pour l’élaboration de stratégies collectives.


Laissez un commentaire