pré-annonce publicitaire pour innovation de rupture

pré-annonce publicitaire pour innovation de rupture

Classé dans : à partir des technologies | 0

 

L’arrogance monopolistique de Monsanto sur les OGM lui a coûté beaucoup d’argent. L’idée pourrait faire son chemin que le développement d’une innovation de rupture, spécialement dans les domaines sensibles, demande une préparation de type publicitaire. Le steak haché du Googleman Sergey Brin (voir the Gardian) a, de ce point de vue, tout pour faire école.

 

présentation du produit-support

 

Lundi 5 août 2013, le premier steak haché fabriqué in vitro a été servi à Londres à deux goûteurs assermentés. Ceci termine un processus annoncé lors du congrès de l’American Association for the Advancement of Science en février 2012. Mark Post, chercheur à l’université de Maastricht présente son produit:

Notre burger est fabriqué à partir de cellules musculaires prélevées sur une vache. Nous ne les avons absolument pas modifiées

source

Il consiste en 3 000 petites lamelles de viande (« de la taille d’un grain de riz », précise The Independent), à partir de cellules-souches prélevées sur du muscle de bœuf. Ces lambeaux de viande artificielle ont ensuite été assemblés pour produite ce steak.

Le chef cuisinier Richard McGowan a déclaré qu’il avait préparé le steak « comme d’habitude » avec de l’huile de tournesol et du beurre dans une poêle.

 

quel problème y a-t-il derrière ce steak?

 

Derrière ce steak, il y a les cellules-souches et derrière celles-ci les multiples questions touchant au clonage et aux manipulations de l’embryon (voir).

 

une large palette de légitimités “fortes“

 

la légitimité médicale

Mais il y a également les promesses “illimitées“ de la médecine régénérative (voir le billet-dossier réalisé par RTFlash)

 

l’humanitaire & la protection des animaux

(source)

Il pourrait constituer une réponse aux pénuries alimentaires dans le monde…/… Une association de protection des animaux applaudit également l’initiative

 

la légitimité économique

(source)

D’un côté, une demande en viande qui ne cesse d’augmenter (elle devrait connaître une croissance de 60 % d’ici à 2050) depuis que des pays comme la Chine ou le Brésil ont vu leur revenu par habitant se développer. D’un autre côté, la presque totalité des pâturages est déjà exploitée.

 

la légitimité environnementale

(source)

Pour produire un kilogramme de bœuf, il faut seize mille litres d’eau .

(source Reuters)

L’élevage mobilise déjà 70 % des terres agricoles et contribue à hauteur de 18 % au réchauffement climatique, via les gaz à effet de serre, CO2 et méthane.
La production de viande en laboratoire nécessiterait 35 à 60% d’énergie en moins, dégagerait 80 à 95% de gaz à effet de serre en moins et utiliserait 98% d’espace en moins que la production de viande traditionnelle, selon une étude publiée en 2011 par Hanna Tuomisto, de l’unité de recherche sur la conservation de la faune de l’Université d’Oxford.

 

un luxe de précautions supplémentaires

 

Très relayée dans les médias, cette opération a généré une énorme quantité d’articles titrant sur le prix au kilo de cette nouvelle viande (250000€ les 142 grammes). On ne peut mieux dire «ne vous inquiétez pas, cela a tout d’un gag»… et c’est évidemment absurde, puisque cela reviendrait à affecter le budget de plusieurs années de recherche pharmaceutique au premier cachet d’aspirine qu’elles auraient produit.

La plupart des articles ont enchainé sur la dimension gastronomique du produit ce qui, d’une part, n’est peut être pas la problématique centrale du hamburger et d’autre part…
…“quand il n’y aura plus que çà à régler, la messe sera dite“.

“De toute façon, la mise sur le marché de ce produit n’est pas attendue avant 20 ans“. On ne peut mieux dire «ne vous inquiétez pas, nous aurons tout le temps d’en reparler». Sans rien y connaître, on peut néanmoins imaginer que moyennant les stimulations adéquates, cela pourrait arriver beaucoup plus vite, car dans le monde technologique des multinationales d’aujourd’hui… 20 ans c’est très long.

 

bilan publicitaire

 

Deux composants de base:

• un thème technologique sensible: les cellules-souches.
• une alternative “très facultative“ au produit de consommation le plus courant qui soit: le steak haché

Une opération consistant à utiliser le second pour réduire la distance “affective“ au premier.

Une palette de légitimités “issues du cœur“ et mobilisant des leaders d’opinion militants & actifs

• l’humanitaire
• le droit des animaux
• l’environnement
• la médecine

Des modalités d’annonce très apaisantes assimilant le produit à un gadget sympathique

• prix hallucinant
• mise en place à long terme

De la très bonne publicité.

 

 

 

Laissez un commentaire