l’improbable contre-utopie du big data -suite-

l’improbable contre-utopie du big data -suite-

Classé dans : à partir du politique | 0

 

Numerama du 30 décembre cite un article du “Spiegel“ qui précise les modes opératoires de la NSA.  On y apprend notamment que la NSA embauche beaucoup de hackers,  pratique quotidiennement le phishing, et mieux:

Le Spiegel affirme que le TAO (NDLR: un service de la NSA) dispose d’une unité capable d’intercepter les commandes d’ordinateurs ou d’accessoires, pour contourner les colis avant leur livraison. Ils en profiteraient alors pour ouvrir proprement les paquets, installer un moyen d’écoute (logiciel ou matériel) sur les produits, et renvoyer le tout au destinataire.

S’ils sont revenus aux bonnes vieilles techniques d’antan, ils pourraient aussi évidemment placer des micros sous les tables et sous les lits et pourquoi pas enlever leurs cibles et les faire avouer tout ce qu’ils veulent savoir… à la virile… à l’ancienne. Mais il faut bien le dire, cela ne correspond pas exactement à l’idée de départ.

N’étaient-ils pas supposés tout connaître à partir de la collecte extensive de nos données personnelles? Or, le fait d’employer ces méthodes d’un autre âge peut-il être vu autrement que comme un aveu d’échec?

La voie du Big data ne semble pas mener la NSA à grand-chose, sinon à une connaissance approfondie des gens dont ils n’ont pas à se préoccuper et à une connaissance très insuffisante des autres… et quand on pense que ce grand fichage du monde devait s’opérer… dans la plus extrême discrétion.

Dans un précédent billet, daté du 5 juin dernier, et intitulé, « l’improbable contre-utopie du big data« , je m’étais autorisé à conclure:

Echelon a été crée en 1943, et a évidemment bénéficié depuis de tous les progrès des technologies de ce secteur. Ces grandes oreilles qui savent tout n’ont en aucune manière fait reculer les activités mafieuses, n’ont prévu ni le 11 septembre, ni les massacres cycliques dans les écoles américaines… ni beaucoup d’autres choses… ni même Wikileaks pourtant éminemment redouté par le pouvoir américain.

Je ne m’attendais pas à ce que le pronostic exprimé dans le titre soit aussi rapidement étayé par les faits.

La NSA est en train de tout révéler sur elle-même, sans réussir à faire parler nos données. Une excellente nouvelle (ce n’est pas si fréquent) pour commencer 2014 .

Alors bonne année à tous!

 

Laissez un commentaire